Prédictions IDC 2017. Embellie sur le secteur des télécoms.

Prédictions IDC 2017. Embellie sur le secteur des télécoms.

Année après année, les télécoms sortent de la zone rouge. Si les offres historiques restent poussives, le secteur compte sur les nouveaux usages et les déploiements technologiques qu’ils vont occasionner.

Pour Bruno Teyton , analyste IDC France, le secteur des télécoms se remet lentement et s’offre de nouvelles perspectives.

Bien qu’encore dans le rouge, le marché des télécoms sort peu à peu du tunnel. Si la situation en 2016 n’était pas encore brillante avec -3,8% pour une valeur globale de 30,8 milliards d’euros, on s’éloigne du très fort négatif de 2013 (-6,9%). Les raisons de cette remontée en 2016 viennent notamment de la 4g qui, en terme d’usage, représente désormais +60% en terme de trafic.
Pour les deux années à venir, cette tendance « haussière » va se maintenir : notre cabinet prévoit -1,8% en 2017 et plus « que » -1% dès 2018. Les principales raisons de cette relative embellie du côté des entreprises ? Des poches de croissances – encore assez modestes – en particulier sur les secteurs Internet (+0,7%) et Réseau (+0,7%) en 2017. Mais c’est du côté de la VoIP que les opérateurs iront sans doute chercher un peu de croissance cette année (+6,4%). Dans ce domaine, justement, les entreprises vont rapidement développer l’usage de systèmes de communications unifiées, ce qui explique une croissance de 12% de ce marché qui représente un volume d’affaire de 1,6 milliard d’euros.
L’adoption des communications unifiées dans les entreprises va encore accélérer les recours aux applications de collaboration, sachant que 35% de celles-ci sont désormais consommées dasn le Cloud. Globalement, ce secteur devrait continuer de croitre à un bon rythme de 6 à 7% par an. Mais bien entendu, ces UCaaS (Unified Communications as a Service) vont aussi devoir s’intégrer aux applications métiers déjà en place dans les entreprises, avec très certainement la nécessité de nombreux développements pour la mise en place de véritables Communication Platform as a Service !
Si les communications unifiées vont avoir un impact sur les logiciels, les réseaux physiques seront également touchés. Il faut en effet pouvoir répondre aux nouveaux usages attendus par les utilisateurs, et qui sont particulièrement gourmands en bande passante, comme la vidéo par exemple. Les nouveaux usages (communication unifiée, vidéo, réseaux sociaux, services cloud) vont donc logiquement avoir un impact important sur les réseaux (WAN) qui doivent évoluer et s’adapter aux projets de transformation numérique des entreprises. Par ailleurs, au niveau du LAN il est aussi intéressant de noter les bouleversements d’usage, générés en partie par la croissance soutenue des périphériques mobiles (tablettes, smartphone ou PC portables, dans un contexte BYOD ou non) qui recourent massivement aux réseaux sans fil pour l’acheminement de volumes de données toujours plus important. Ces changements vont logiquement avoir un impact global très fort sur le marché du WLAN dont la valeur estimée est de 133 millions d’euros, avec une croissance attendue de 8,2%. Une bonne nouvelle, donc, pour les équipementiers de réseaux sans fil et les installateurs.

Le réseau sans fil devient le comme de connexion privilégié dans les entreprises.

Côté du pilotage des réseaux et du datacenter, la croissance est également au rendez-vous avec +3,2% attendus en 2017. Ceci s’explique principalement avec l’adoption du SDN (Software Defined Networks) qui devient « mainstream » : dans les deux prochaines années 50% des datacenters fonctionneront sur ce modèle.
Dernier point sur ce volet télécom avec la confirmation de la baisse des livraisons de smartphones. Une tendance qui se stabilise mais qui ne sera pas relancée puisque l’arrivée de la 5g n’est pas encore au programme pour cette année. En revanche, on note de plus en plus d’intérêt autour des technologies de réalité augmentée ou virtuelle, les entreprises songeant en effet à mettre en place des POC autour de ces nouveaux usages. 2017 devrait donc être le point de départ de la « mixed reality » pour les entreprises, avec à la clé des perspectives quasi exponentielles sur la livraison de périphériques dédiés à ces technologies.

Ecrire un commentaire: